vendredi 26 juillet 2013

Les P'tites Poules

Vous connaissez ? Chez nous on a-dore !!



Les histoires sont truculentes (Christian Jolibois) et les illustrations délectables (Christian Heinrich). Et les unes ne vont pas sans les autres.

Ce qui me plaît sans doute le plus dans ces albums pleins d'humour, c'est la richesse qu'ils apportent au petit lecteur. Les jeux de mots et les références culturelles, littéraires ou historiques y abondent, et c'est chaque fois l'occasion pour l'enfant de poser des questions et d'ouvrir ses horizons. Du coup, je ne suis pas du tout d'accord avec l'éditeur lorsqu'il annonce que ces livres peuvent être lus "seul à partir de 7 ans". Seul, un enfant de 7 n'a pas les moyens de décrypter et apprécier ce qui fait la richesse du livre. Et ce serait vraiment dommage de passer à côté des nombreuses subtilités, qu'elles soient langagières ou culturelles.
Ne serait-ce que les noms des petits coqs. Je doute que l'enfant seul comprenne les jeux de mots faits sur Coquenpâte, Bangcoq, Molédecoq, Coqueluche et les autres. Il percevra éventuellement la récurrence du mot "coq", mais si on ne lui explique pas les expressions françaises "comme un coq en pâte" ou "avoir des mollets de coq", il passera à côté d'un comique de langue qui pourtant enrichirait son vocabulaire.

Oui, vraiment, les P´tites Poules sont des livres à lire à deux et à interroger, à creuser, à expliquer. L'enfant a tout à y gagner, que ce soit sur le plan du langage ou de la culture générale.

Prenons par exemple l'album Coup de foudre au poulailler.


 Une troupe de comédiens vient donner une représentation de théâtre devant les petites poules et les petits coqs. Dès l'ouverture de l'histoire on rencontre le metteur en scène, Coquelin. Et hop on en profite pour expliquer la référence au vrai Jean-Baptiste Poquelin, autrement plus connu sous le nom de Molière. Et surtout on ne pense pas que l'enfant est trop jeune pour comprendre ou pour apprendre qui est Molière ! Evidemment, si on se contente de dire "c'est l'auteur de pièces de théâtre très connues", ça ne va pas du tout parler à l'enfant. Alors que si on va chercher un peu plus loin, sur internet (pour des gravures qui lui parleront plus que des dates par exemple)


Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

Louis XIV, pour situer dans le contexte historique


ou au cinéma (l'Avare avec Louis de Funès, ça fait rire même à 7 ans !),



Molière deviendra un nom connu du petit lecteur, qui, lors de sa prochaine lecture de cet album des P´tites Poules, sera fier de comprendre la référence et appréciera le texte encore plus.
Toujours dans cet album, les références littéraires fusent : la belle actrice dont tombent amoureux deux des petis coqs s'appellent Roxane. C'est l'occasion de parler de Cyrano de Bergerac et de montrer son grand nez à l'enfant. Croyez-moi, ça le marquera !
Cyrano de Bergerac


Plus loin il est fait référence à un philtre d'amour qui s'appelle "le philtre de Tristan".
Tristan et Iseult


Et comme on tombe bien vite sur une illustration qui fait penser au Vérone de Roméo et Juliette,
Roméo et Juliette


c'est le moment de parler de ces amants célèbres de la littérature ! Eugénie n'est pas insensible à ce genre d'histoires d'amûûûr, je n'ai pas intérêt à décréter qu'elle est trop petite pour en prendre connaissance. Et quand ensuite elle lit le livre toute seule, au moins elle sait de quoi on parle en référence et elle profite pleinement de sa lecture.
D'ailleurs, elle a été très fière de comprendre par elle-même l'illustration suivante :

Elle y a reconnu la tapisserie la Dame à la licorne, qu'elle a dans son livre d'histoire de l'art et dans un cahier de coloriage. Preuve en est que la culture à 7 ans n'est impossible, et négliger cette possibilité offerte par les bons livres pour enfants est vraiment dommage.


Tous les albums des P´tites Poules sont de la même inspiration précieuse. Ici c'est l'histoire de Christophe Colomb qui sera mise en avant, là c'est la mythologie grecque, et ailleurs ce sera Jean de la Fontaine. Et j'en passe, bien sûr, car il y a 12 albums !

Humour, tendresse, et culture. Les P´tites Poules, de la grande littérature pour enfants ! Mais par pitié, ne les lâchez pas seuls avec ces livres, ils n'en retireraient pas la substantifique moëlle. Ils ne comprendraient pas l'humour du texte ("Quoi de n'œuf, poulette ? Je peux vous offrir un ver ?") ni ses références ("J'ai entendu parler d'une vieille recette bretonne, appelée le philtre de Tristan") ils le sentiraient et s'en trouveraient frustrés. Les enfants sont comme ça, avides d'apprendre, ne passons pas à côté.

Ensuite, libre à vous d'expliquer ou non les clins d'œil au lecteur adulte... Comme le coup du patin qui "facilite le rapprochement" !


Caroline

2 commentaires :

Flo @MakanaiBio a dit…

On n'en a qu'un, de ces albums, acheté pour E il y a 2-3 ans. Extra mais je n'y avais jamais fait plus attention que ça. Et puis B l'a ressorti, se bidonne avec les jeux de mots, je lui en ai lu des passages à plusieurs reprises, et tu as écris dessus, et maintenant c'est clair : je veux que le Père Noël apporte les autres cet hiver !

Caroline Despetiteschoses a dit…

Ah ! Une copine du club P'tites Poules !
Ils sont excellents ces bouquins, tellement riches !