lundi 27 janvier 2014

Pour une transition alimentaire

photo : Takaya


Cette année parmi les bonnes résolutions, on place en bonne position celle de s'occuper de soi. S'occuper de soi pour ne plus avoir à supporter ces douleurs quotidiennes, celles qui font dire "bof, j'ai l'habitude, depuis le temps que je vis avec...". S'occuper de soi pour ne plus souffrir d'allergies, pour ne plus tomber malade au moindre coup de vent, pour ne plus tomber au fond du gouffre moral lorsqu'on doit faire face à une difficulté, etc etc. S'occuper de soi pour remettre les compteurs physiologiques à zéro, et jouir, enfin, de la vraie santé physique et spirituelle. Et tout cela va passer par un changement alimentaire.

Toutefois, la théorie c'est bien beau mais ça n'apporte que des promesses, rien de concret. Or s'il est une chose que je voudrais très sincèrement partager, c'est bien notre expérience vécue : comment l'orientation vers une alimentation physiologique permet réellement de changer la donne dans des corps qui semblent pourtant voués à ceci ou à cela à cause de la génétique ou des erreurs du passé.

Avant tout, je me permets de vous demander de (re)lire ces billets, qui justifient le modèle de ma proposition de transition alimentaire :

Je précise que ce que je propose ici comme un programme n'est pas ce que nous avons suivi à la maison en ce qui concerne l'ordre. Pour la simple raison que les changements se sont produits au fur et à mesure de nos "problèmes" à soigner, et donc de mes recherches ciblées. Découverte après découverte, j'ai maintenant une vision plus globale et je peux affirmer, par exemple, que l'arrêt du gluten, qui est intervenu chez nous comme l'un des changements les plus récents, est en fait ce par quoi il faudrait commencer. Sur ce point, c'était mon erreur personnelle de ne pas avoir voulu ouvrir les yeux avant...

Voici donc ce que je ferais et dans quel ordre, si c'était à refaire.

Etape 1 (durée : 3 semaines).
Lors de la 1ère étape j'éliminerais le plus grand des toxiques, le gluten. Et pas progressivement mais radicalement, du jour au lendemain. La raison en est que le gluten est tellement toxique que même consommé en petite quantité, il peut empêcher tout processus naturel et spontané de nettoyage de se faire.
Pourquoi 3 semaines ? Takaya m'a fait lire le livre de Djokovic "Serve to win", dans lequel il présente le changement alimentaire qui l'a profondément transformé, basé sur l'élimination du gluten. C'est pour moi une lecture anecdotique mais je considère ce témoignage personnel comme très intéressant. Djokovic propose d'éliminer le gluten pendant 2 semaines. Or je pense que 3 semaines c'est plus probant : il a été montré dans plusieurs études qu'une habitude se perd ou s'acquiert en 3 semaines.
Donc, pendant 3 semaines, je me contenterais de ne faire que ça : supprimer totalement le gluten (pain, pâtes, pizza, biscottes, biscuits, panure...). Je traquerais ! Et à la place, je mangerais des tartines de sarrasin, des galettes de riz, des pommes de terre, du riz, du quinoa etc etc.

Une expérience possible à la fin de cette étape, conseillée par Djokovic mais à mon sens totalement facultative : le 22ème jour, on réintroduit massivement le gluten. Par exemple, sous forme de pain le matin, de pâtes le midi, et de pizza le soir. Et on observe... Comportement, sommeil, sensations physiques...
Mais cette expérience n'est pas obligatoire, rassurez-vous.


Étape 2 (durée : 2 à 4 semaines)
Suppression progressive des produits laitiers (lait, beurre, crème, fromage, lait en poudre caché un peu partout) et du sucre ajouté.
Je remplacerais lors de cette étape les produits laitiers par des produits au lait de soja, ou, mieux, tous les autres laits végétaux. Quant au sucre, je le remplacerais par du miel (pour les non végétaliens), du sirop d'érable ou d'agave. Ces produits sont une transition, il ne s'agirait pas d'en prendre l'habitude. Je devrais donc essayer d'en diminuer la quantité tout au long des semaines à venir.
Tranquillement, je diminuerais également les excitants : le thé et le café du matin peuvent être remplacés par une infusion de plantes, ou un bouillon de légumes, ou encore une soupe au miso.

Étape 3 (durée : 4 à 6 semaines) :
Pendant cette période, je réduirais doucement les substituts du blé : le petit-déjeuner céréalier serait remplacé par un petit-déjeuner de fruits (avec une boisson chaude ou non excitante).
Je mangerais des fruits en en-cas dans la matinée.
Attention, à partir de là, ça devrait commencer à bouger - si toutefois ça n'a pas commencé avant... c'est le vrai début de la détox !

Les fruits sont des aliments très détoxifiants : du fait de leur très haute et très rapide digestibilité, les fruits ne demandent quasiment pas d'énergie pour la digestion. Par conséquent, toute cette énergie qui est d'habitude nécessaire à la digestion va être récupérée par l'organisme pour s'auto-nettoyer. Et comme la 2ème partie de la nuit et la 1ère partie de la matinée sont chronologiquement consacrées à l'élimination naturelle des déchets, manger des fruits au petit-déjeuner permet de soutenir cette activité normale de l'organisme (au lieu de la bloquer totalement avec des aliments qui demandent beaucoup d'énergie pour être digérés).
De plus, les fruits possèdent des facteurs astringents qui resserrent les tissus et en font sortir les éléments toxiques. En ce sens, les fruits sont particulièrement "agressifs" pour les dépôts toxiques du corps.
Mais déloger les acides n'est pas tout : il me faudrait également bien boire afin d'éliminer les déchets. Et pour cela, je commencerais la journée par un grand verre d'eau à jeun, et je continuerais à bien boire dans la matinée. Plus tard dans la journée, boire ne devient plus aussi important ; je boirais quand j'aurais soif, c'est suffisant.
Le mid et le soir, je garderais les menus habituels (sans les toxiques déjà éliminés évidemment !).

Attention, si elles ne sont pas encore survenues, des crises de guérison peuvent arriver ! Mais je serais prévenue, ce ne seront pas des maladies, mais des crises dites de détoxification, d'acidose, d'élimination : le changement alimentaire vers une alimentation physiologiquement adaptée aura délogé des toxines (des acides) dans mon organisme, qu'il essaiera d'éliminer par toutes les manières possibles. Si mes émonctoires sont engorgés, ça sortira un peu n'importe comment...
Lors de cette étape, je pourrais alors soutenir mes émonctoires : psyllium pour l'intestin, tisanes diurétiques si besoin, en tout cas : boire beaucoup d'eau pour drainer. Parallèlement, je ferais bouger la lymphe (vous savez, ce liquide qui nettoie les cellules de leurs déchets pour les entraîner vers les émonctoires) en faisant un peu de sport, activité qui, si elle entraîne de la sudation permettra également d'éliminer en douceur par la peau.

Étape 4 (durée indéterminée) :
Je m'orienterais vers la vraie alcalinisation.
Je supprimerais en douceur les légumineuses (très acidifiantes) : lentilles, haricots, soja. J'augmenterais drastiquement ma consommation de légumes (très alcalinisants).
Je proposerais lors de cette étape de faire du repas du midi un repas essentiellement constitué de fruits, qui fournissent de l'énergie pour l'après-midi grâce à leur sucre, et de centrer le menu du soir sur les légumes, salades, crudités en tout genre.
Mais je pourrais, bien entendu, ajouter du riz, du sarrasin, du millet, du quinoa, des pommes de terre, bref des féculents sans gluten, si je pense ne pas avoir assez à manger. Mais toujours après les fruits, lesquels doivent toujours être consommés avant tout le reste afin de ne pas stagner dans l'estomac et fermenter (et s'alcooliser !).
Et je n'oublierais pas de consommer une petite portion d'oléagineux (noix, amandes, pistaches...) et/ou des avocats, loin des fruits.

Exemples de repas lors de cette étape :

  • Petit-déjeuner : fruits
  • En-cas : fruits
  • Midi : 
    • fruits (un très grand smoothie, une très grosse salade de fruits, ou une belle compote sans sucre ajouté) suivis de riz et des légumes cuits
    • ou une grosse salade avec des noix ou des graines et des pommes de terre au four
  • Après-midi si besoin : quelques oléagineux
  • Soir : crudités, soupe, légumes cuits, une céréale sans gluten

Je peux dire que déjà, quand j'en suis arrivée là (même si dans la réalité je ne l'ai pas fait dans cet ordre !), je me sentais vraiment mieux sur tous les plans : physique, émotionnel, spirituel. Ma famille a bien entendu suivi le même chemin que moi (d'ailleurs, il a été initié par les problèmes des enfants, puis les décisions de Mathurin, dans un fouillis total par rapport à ce "programme" !) et peut témoigner du bien-être que ces changements ont apportés.

Je me suis écoutée, j'ai observé les réactions de mes enfants et de mon mari. Et surtout, j'ai essayé de ne pas me laisser démoraliser par les crises de guérison qui arrivaient. Si elles avaient été trop nombreuses ou trop violentes, j'aurais ralenti la cadence dans les changements. Mais j'en ai vécu de toute manière.

Les durées des étapes ne sont là qu'à titre indicatif, on peut aller plus vite ou plus lentement, ce n'est pas le plus important. Le plus important, c'est d'être sur le chemin et de marcher dans le bon sens, à son rythme, d'y trouver du mieux-être et du plaisir.
Sur ce chemin, on y rencontre des pancartes régulièrement : la pancarte "doute", la pancarte "ami qui me veut du bien", la pancarte "écart ou tentation", la pancarte "j'en ai marre...", et d'autres encore... Chaque fois, c'est moi qui choisis de m'y arrêter ou non. Je l'ai fait : j'ai douté, j'ai tout remis en cause, j'ai été inquiétée par des manifestations auxquelles je ne m'attendais pas. Mais j'ai choisi de poursuivre le chemin, parce qu'au fond de moi, j'étais convaincue que j'étais dans la bonne direction. Et ça en vaut la peine, je me le dis tous les jours.

Caroline

Note :
Vous noterez que nulle part je ne mentionne la viande, les œufs, ou le poisson. Bon, personnellement, je suis végétalienne, mais dans l'absolu il faut savoir que ce sont des aliments très acidifiants. Cependant, pris en petite quantité et pas tous les jours, ils restent plus adaptés à la digestion humaine que le gluten par exemple. Si vous faites le choix d'en consommer, n'en faites pas votre aliment principal au cours du menu : les protéines animales devraient accompagner les légumes et non l'inverse.

PS : Si ça peut déculpabiliser certains, sachez que quand j'étais étudiante, ma nourriture principale c'était ça (et ce n'est pas une plaisanterie) :

NB : Je ne suis pas médecin. Je n'ai aucun diplôme de médecine, ni de naturopathie. Ces remèdes sont ceux que je donne à ma famille et que je préconise à mes amis. Ils sont le fruit d'années de recherches personnelles et ont fait leurs preuves, mais il vaut mieux consulter un médecin si les symptômes persistent.

20 commentaires :

camtosh a dit…

Je me régale de vous lire chaque fois, avec beaucoup d'intérêt, autant pour ce genre d'articles, que les recettes ou petits conseils du quotidien (la poudre de dentifrice a vite rejoint notre sdb ;) ).
Alors tout d'abord, un grand merci pour ce partage.

Point de vue alimentation, nous sommes sur le même chemin. Toutefois, dans ce que tu proposes, tu ne mentionnes pas les fruits après midi. Est-ce lié à ton expérience familiale qui fait que tu ne le recommandes pas ou bien tu n'as pas l'envie ou l'occasion d'en remanger plus tard ?
dans mon cas perso, par exemple je mange encore des fruits l'après-midi, voire repas de fruits le soir aussi (quand petite forme, ou juste une envie de sucré plus forte que le salé...). Je me sens très bien comme cela, pas de faim le matin, ventre léger...mais j'aimerais savoir si de ton côté tu as "observé" qqchose à ce sujet.

Merci pour ton commentaire.
Camtosh

Edith a dit…

Je lis ton blog avec grand interet depuis un mois, surtout tous tes billets sur l'alimentation...ca m'a bcp remué et fait cogiter ( merci !!!) et les vacances de Noel nous avons tenté de manger mille fois plus de fruits et de diminuer le gluten et je crois que ça nous a fait du bien ( mais sur une si courte periode difficile de juger) ...mon souci c'est que c'est difficile de proposer autrechose que du pain aux enfants le matin...enfin mon grand a un tres grand appetit et ne se contente pas de fruit ( et n'aime pas les fruits en general et encore moins la banane sui pourrait caler plus) du coup c'est dur à tenir pour toute la famille sur le long terme....
Que penses tu du reste des fruits secs ? Car là c'est tres sucré...c'est le seul substitut qu'ils acceptent en guise de collation à l'ecole ( plutot que la collation fournie d'office par l'ecole)...
Et puis meme aux yeux des autres, je sais que les enfants ont deja un peu de mal à manger differemment ( ils ont 5 et 7 ans) lors du lunch où ils ont une crudite / legumes / cereales et pas le traditonnel sandwich à base de pain de mie qu'ont les copains...bref je me demandais comment tu arrivais à obtenir la cooperation de tes enfants ( moi je les ai bcp responsabilisé par rapport à la nourriture, raison du vegetarisme, du bio et tout mais je vois que ça leur pèse) ? :)

Edith a dit…

Je sais pas si le ton de mon message traduisait ce que je voulais dire : à savoir quand même que ce post est vraiment super pour nous aider et je t'en remercie ! Je me demandais surtout comment tu tenais ce genre de profond remaniement avec des enfants ? :) Aurais-tu des trucs / snack / idee de repas qui marchent plus facilement avec les enfants ;)

Edith a dit…

Encore moi, je suis desolée ^^
J'ai relu ton autre post sur le fait que ce soit "extreme" ou pas...( à mon sens non, mais c'est vrai que ca devient compliqué en societé , dejà notre vegetarisme semble compliquer bcp les invitations, alors si on enleve le gluten....) Mais bon on va dire que je ne suis pas à une bizzarerie près. ;)
Bref...( je m'etale pardon mais je trouve ton blog d'une telle richesse, et je m' y retrouve à plein plein d'egard). Donc je disais en relisant l'autre post j'ai eu des reponses à certaines de mes questions sur l'adhesion des enfanfs danc cette aventure : le fait que ta fille s'y retrouve plus, participe. Je n'avais pas vu les choses sous cet angle.

J'hesite egalement bcp sur l'achat du desydratateur ( j'y pense depuis un an...ca va ça vient) et je me demande si il ne peut pas etre d'une grande aide pour gerer justement les besoins des enfants, surtout à l'exterieur...( cuir de fruit, crackers crus..., etc) ? C'est une bequille ou c'est plus du gadget ?

Autre question : niveau cereales vous mangez donc principalement des pdt et du riz c'est ça ? Que penses-tu des vermicelles de riz ? Je ne les trouve que en version riz blanc et mon coté " cereales completes sinon rien " me bloque...mais peut etre ai-je tort ? :)
J'espere que mes nombreuses questions et commentaire n'auront pas été trop " polluants" ;)

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonour Camtosh,
Les fruits l'après-midi, tu as raison j'aurais le préciser : mes enfants goutent avec des fruits et des oléagineux. Moi je goute très rarement en fait, mais que je le fais c'est plutôt avec des noix, simplement parce que je n'ai pas envie de fruits (j'en a pris le matin, vers 10h, le midi).
Ce qu'il faut savoir, c'est que les fruits apportent énormément d'énergie très rapidement disponible (et sur un assez long terme contrairement à ce qu'on croit !). Donc il est plus logique d'en manger dans la 1ère partie de la journée (et plus encore pour les enfants qui dépensent plus d'énergie que nous), mais qu'en fin de journée ça ne sert plus à grand chose : on n'a pas besoin d'énergie pour aller dormir ;o)
Je ne dis pas que c'est nocif, loin de là, c'est bien plus sain qu'un plat de lasagnes ! Mais s'il y a un moment où privilégier les légumes, c'est bien le soir : les minéraux des légumes seront ainsi utilisés la nuit par le corps pour réparer les cellules lésées ou pour faire grandir les enfants, car c'est pendant le sommeil que les fonctions de cicatrisation, de guérison, et de croissance ont lieu.
C'est juste une info sur le fonctionnement du corps, après, si toi tu te sens bien avec des fruits le soir, rien ne t'empêche d'en prendre. Et je pense que si j'en consommais le soir je me sentirais très bien, mais je n'en ai plus envie, c'est tout !

Caroline Despetiteschoses a dit…

Pour Edith (pas pratique cette nouvelle configuration des commentaires, grrrr...) :
Je vais essayer de répondre à toutes tes questions !

- Le matin : tu sais, je crois qu'à 7 ans, ton grand va voir ses goûts évoluer. Il n'aime pas la banane maintenant, mais il pourrait l'aimer dans quelques mois s'il vous voit tous en manger. Tu pourrais lui faire des "recettes" à base de banane, par exemple tu passes des bananes au blender (ou au robot), tu ajoutes du cacao (beaucoup au départ, et de moins en moins), ça devient une crème toute lisse au chocolat.
Il y a aussi les "serpents-bananes" (va voir dans la table des matières du blog, je suis désolée la fonction recherche merdouille aussi j'ai dû la supprimer !).
Pas pour le matin mais dans la journée : la glace végétalienne (que des bananes !).
Bref, en déguisant la banane, tu cours le risque qu'il y prenne goût ;o)
Mais surtout, vas-y doucement, n'impose jamais.

- Les fruits secs : pratiques pour le snack à condition de bien boire (sinon ils vont pomper l'eau de l'organisme pour se réhydrater afin d'être bien digérés).

- En ce qui concerne notre transition alimentaire à la maison, elle a été beaucoup plus échelonnée que les délais que j'indique dans ce post... Jusqu'ici, elle a duré 7 ans et demi, l'âge de ma fille, alors tu vois ! À chaque changement, je proposais, j'expliquais. J'ai boooooocoup dessiné, fait des schémas, des dessins rigolos. J'ai cherché des vidéos parlantes et adaptées, des livres. Le végétalisme est venu de mon fils, qui faisait des recherches pour une présentation à l'école, c'est lui qui m'a demandé d'arrêter tout produit animal. Le gluten, je n'ai eu qu'à demander un essai, un expérience : Eugénie n'a pu que se rendre compte qu'elle n'avait plus mal au ventre. Elle a craqué, parfois, au resto, et le soir elle avait la diarrhée. Alors elle a compris d'elle même, dans son corps, et maintenant elle n'en a plus envie.
C'est possible, j'en suis convaincue, sans les brusquer. Mais dis-toi une chose : TU es le parent, TU as la responsabilité de leur santé. Il y a donc des moments où tu as le droit imposer tes choix à tes enfants (en douceur évidemment). Par exemple ton bébé veut mettre ses doigts dans la prise de courant, et toi tu sais que ce ne serait pas très bon pour lui. Tu fais quoi ?
(suite en dessous)

Caroline Despetiteschoses a dit…

(suite du dessus !)
- les snacks pour "transitionner" : ceux dont je t'ai parlé, la banane-serpent, le sandwich pomme-amande. Facile à faire aussi : la compote crue : tu passes une sorte de fruit au blender, tu verses dans des bols, tu en passes une autre sorte de fruit dans le même bol du blender non lavé, tu verses sur la première purée, et tu dessines du marbrage avec une baguette.
À emporter : des fruits secs, des oléagineux, ou des crackers sans gluten ?

- le déshydrateur : vraiment pas indispensable, non. J'avoue que je m'amuse beaucoup avec, et que l'été je peux en profiter pour faire des réserves de fraises et d'abricots pour l'hiver ! Les petits copains ont aussi pu goûter mon "banana paper", ils adorent quand mes enfants en apportent à l'école. Une manière d'élargir les horizons alimentaires de certains ;o)
C'est donc un choix très personnel.

- Les céréales : la pomme de terre est un légume mais je suis sûre que tu le savais ;o) On en mange tous les jours, un peu : pomme de terre, patate douce, riz, quinoa, sarrasin (sous forme de soba). Mon avis sur les céréales complètes maintenant, mais ça n'engage que moi : je ne suis plus sûre du tout que nos intestins, dans l'état où ils sont, sont vraiment en mesure de digérer les céréales complètes qui ont une enveloppe cellulosique très dure (même trempées). Par conséquent, je doute que leur nutriments nous soient vraiment assimilables... Nous mangeons donc du riz blanc qui n'a absolument aucun intérêt nutritionnel mais qui nous leste un peu en cas de besoin...
Quant aux vermicelles de riz : ça reste un produit transformé, du processed food... mais de temps en temps, si tu as de bonnes recettes avec, pourquoi pas ? J'ai pas envie qu'on me taxe d'extrêmiste ;o)

J'ai répondu à tout ? ;o)

Edith a dit…

Wouah c'est juste parfait :) Merci d'avoir pris le temps....!!
Le serpent banane je l'avais repéré , il est trop classe...et bien vu le fait d'habituer au gout de façon insidieuse...;)
La question de ma responsabilité de parents et des choix que j'impose est effectivement tres juste, d'ailleurs le vegetarisme est passé comme ça (je ne le suis que depuis 2 ans), et maintenant que nous sommes loin de la famille et que la cantine n'est plus ( nous venons de debarquer à Montreal), mes enfants mangent à 95% vegetariens ( sauf si on est invité ailleurs). Bref, j'ai parlé de ton experience à mon mari et mon fils a eté tres interessé par la conversation, donc c'est peut etre plus simple que je ne le crois...
Quant à la question du riz blanc...comme je te disais, j'ai de telle resistance, je suis tombée dans les livres de Kousmine quand j'etais ado...je pars de loin. ^^

En tout cas mille merci, je vais aller congeler mon petit John 2, mon levain canadien...et manger notre dernier pain de mie avant d'entamer ce grand saut. :)

Pascal a dit…

Ah ça ferait du bien à beaucoup de monde d'effectuer cette transition :)
J'aurai tendance à dire de stopper gluten et produits laitiers d'un coup dès le début, car leur suppression combinée est notamment efficace contre de nombreuses maladies auto-immune (cf les travaux de Seignalet, puis désormais de Lagacé, sur l'alimentation hypotoxique). Mais le plus important est de "tenir" dans la durée, car partir trop vite pour s'arrêter au bout de quelques jours / semaines est dommage.

Chercher des substituts pour les produits "bannis" c'est rester dans ses habitudes alimentaires, et peut briser de faibles motivations car les substituts ne sont pas l'original, notamment pour le pain où je souhaite beaucoup de courage à ceux qui souhaite obtenir la même texture. Alors qu'il est si agréable de découvrir de nouvelle saveur ! Le fenouil cru au petit déjeuner : un régal :D

Pour la viande et le poisson je reste sur mes positions : y'a que du bon dedans :] surtout cru (le poisson avec modération tout de même, satané produits chimiques). Par contre, leur consommation ne devrait pas être associé à des féculents / céréales / pomme de terre / glucide en général ; il faut les manger avec une généreuse portion de légumes, et si possible en commençant le repas avec des crudités. D'ailleurs tous les repas devraient commencer par des crudités.


Pascal

Caroline Despetiteschoses a dit…

Tout à fait d'accord avec toi Pascal sur la recherche de substituts : plus on en cherche, plus on reste dans ses habitudes. Et comme on ne trouvera jamais l'équivalent de ce à quoi on renonce, on restera frustré.
Mais chacun fait comme il veut. Avant d'arrêter le pain, j'ai longuement cherché une recette sans gluten. Rien ne me satisfaisait, rien, trop compliqué, ingrédients non disponibles au Japon, trop d'aliments qui ne me plaisaient pas etc... Alors j'ai laissé tomber l'idée du pain et... ça ne m'a jamais manqué ! Les enfants non plus. Mais certains personnes ont besoin de substituts. La transition prend alors plus de temps, mais qu'importe.
Merci de nous avoir laissé ton point de vue, à bientôt !

Anonyme a dit…

Super programme en perspective.
J'ai déjà commencé depuis 3 petites semaines en commençant par le lait que je ne supportais plus mais le café du matin était sacré pour moi. J'ai par la même occasion arrêté le café. Et je n'avais jamais arrêté aussi vite qu'à l'annonce de ma grossesse il y a plus de 7 ans!
J'ai reçu en cadeau un extracteur à jus et je me demande comment j'ai fait aujourd'hui pour être passé à côté de cette merveille. Ma mère en utilise un depuis des lustres et je ne vois qu'aujourd'hui les bienfaits d'un super jus fait maison. C'est tout bonnement délicieux et rassasiant.
On a doublé notre consommation de fruits et légumes et les 1ers effets que je peux voir a ce jour sont au niveau de ma peau, elle est redevenue lisse et douce je suis aux anges.
J'ai décidé d'aller u. Petit peu plus loin en faisant un nettoyage du foie et parasitaire. Ça me fait un peu flipper mais je trouve cela nécessaire pour me décrasser en profondeur. En as tu déjà réalisé?

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour !
J'aimerais beaucoup avoir un extracteur, d'ailleurs ma fille m'en réclame un. Mais je me pose la question par rapport au prix des fruits ici au Japon... c'est tellement cher que j'aime autant les consommer entiers. Mais ça me tente pour des jus de légumes...
En ce qui concerne le nettoyage du foie, je ne fais que prendre la synergie curcuma-gingembre-citron mais mon mari prend un mélange de plantes.
À bientôt !

Anonyme a dit…

Merci pour ce bon post. J'ai commencé ma detox depuis moins d'un mois et j'ai entrepris un bon nettoyage du foie et de la vésicule biliaire. Et étonnement j'ai eu qu'une petite crise avec des migraines ophtalmiques.
Petit a petit je me passe du gluten mais c'est encore dur dur le matin de ne pas avoir ma tartine de pain de seigle...
Finis café, lait, laitages et sucreries. Quand j'ai une petite crise de manque, un bon jus de fruits/légumes fraîchement presses ça cale bien.
Merci encore pour tout ces post et surtout pour les recette car je manque d'idées pour varier parfois.
J'ai essayé les wrap, un délice merci encore et bons vents...

Anonyme a dit…

Hola, j'ai entrepris un detox depuis qques semaines et je m'aperçois que le seul changement physiologique que j'ai est mon dégoût désormais pour le lait et la viande. Je ne supporte plus l'odeur et le goût est limite à me faire vomir. J'ai eu la l'avantage je dirais de ne pas avoir eu de grosse crise mais ni mon poids ni mon énergie n'ont changé, je suis tjs aussi fatiguée et moi qui perds facilement du poids, ce régime végétarien sans légumes secs ou produits laitiers ou céréales ne m'ont fait perdre un kilo même si ce n'est pas le but recherché à la base.
En tout cas merci pour tous ces articles intéressants à lire, j'ai de quoi m'occuper pendant mes pauses.

Caroline Despetiteschoses a dit…

Aux 2 anonymes du dessus...
Dans mon expérience, je peux dire une chose : plus on est intoxiqué et plus les réactions se font attendre... Alors au départ on se dit super, tout se passe bien, je ne fais pas de crises de guérison. Et puis un jour ça arrive. Ne pas mettre ça sur le compte des virus hivernaux ou je ne sais quoi ! Ils sont peut-être l'élément déclencheur, mais il faut savoir que les virus et bactéries ne viennent JAMAIS sur un terrain sain ! Ils viennent pour nous aider à nous débarrasser des toxines.
Ça peut mettre des semaines, des mois à arriver... Je ne dis pas ça pour vous décourager. Mais il faut être prévenu...
Petite remarque : ça peut aussi "sortir" sous forme plus "psy" : une déprime passagère, ou carrément un burn out, une dépression... Pas drôle du tout, mais quand on sait ce qui se passe on le vit "mieux". Et il faut continuer, si on fait machine arrière, ça reviendra de toute manière...
Je vous souhaite un beau cheminement, avec des expériences intéressantes !

Anonyme a dit…

Merci bcp pour vos articles bien documentés et informatifs. Et merci de répondre à chacun sur ces interrogations car je me pose les mêmes questions que vos lecteurs.
Pour ce qui est de la detox, on a entrepris cela en famille il y a quelque temps et grâce à un bon nombre de vos articles, j'ai pu découvrir le chemin de la vie et de la forme. Grande sportive je voyais mon tonus diminuer d'année en année avec des performances en chute libre. Grace a l'éviction de nombreux aliments je me vois revivre et de nouveau comprendre mon corps.
Je vous remercie d'avoir ouvert ma curiosité et de m'avoir permis de connaître de nombreux autres précurseurs et défenseur d'une vie plus saine.

Caroline Despetiteschoses a dit…

Merci pour ce témoignage, et cette belle expression : "le chemin de la vie de et de la forme". Le prendre en famille est encore plus chouette que de le faire seul, car on en partage les résultats.
Bonne route !

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je. Vous remercie pour ce beau programme en perspective. Aussi, ayant entamé une detox depuis plusieurs semaines, je me demandais si l'énergie que j'avais gagnée n'était pas récupérée de l'énergie de la digestion qui cette dernière est en effet une pompe à énergie? J'espère que vous m'avez comprise! Encore merci pour vos articles bien documentés et surtout "vulgarisés" Lill

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je. Vous remercie pour ce beau programme en perspective. Aussi, ayant entamé une detox depuis plusieurs semaines, je me demandais si l'énergie que j'avais gagnée n'était pas récupérée de l'énergie de la digestion qui cette dernière est en effet une pompe à énergie? J'espère que vous m'avez comprise! Encore merci pour vos articles bien documentés et surtout "vulgarisés" Lill

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour Lill,
Bingo, je ne l'aurais pas mieux dit ! Effectivement, cette énergie gagnée vient en très grande partie d'une digestion plus facile car plus physiologique. Des vitamines et des minéraux bio assimilables également, mais avant tout de ce qu'on gagne sur la digestion.
A bientôt !