lundi 7 avril 2014

"Mon papier au chocolat", par Eugénie (ou l'art de la récup' éducative à la Maria Montessori, par Caroline)

Pour son anniversaire, Eugénie a décidé de distribuer des petites douceurs à toute sa classe. Son choix a été très rapide : du banana paper, comme elle dit. C'est une feuille de banane réalisée au déshydrateur. Certains de ses amis ont déjà goûté quand elle en a dans son bento, et ça a toujours un grand succès.
Pour ajouter au côté festif, on y a également mis du cacao. Du coup, le banana paper est devenu du chocolate paper !


(photo : Mathurin)


Et comme moi je ne perds jamais une occasion d'intégrer mon enseignement du français dans notre vie quotidienne (eh... sinon cékiki s'en charge, hein ?), j'en ai profité pour axer notre dernière séance de français sur cette recette. Elle a commencé par me dire qu'elle aimerait mieux faire une vidéo comme Kristina de FullyRaw, une grande référence pour elle, mais moi c'est un texte écrit dont j'avais besoin !


(photo : Takaya)
Avant la coupe

Mais que vient faire Maria Montessori dans cette histoire de papier au chocolat me direz-vous ?
Pour ceux qui ne connaissent pas cette éducation, sachez que, contrairement à l'enseignement classique qui découpe tout en "matières", l'enseignement Montessori englobe tous les aspects de la vie en un seul objectif : enseigner le monde tel qu'il est, c'est-à-dire non cloisonné, non rangé dans des tiroirs, mais totalement cohérent dans ses multiples facettes.
Autrement dit, en plus de travailler le français à partir d'une activité "cuisine", j'aurais également pu faire (et c'est ce qu'Eugénie aurait fait dans son école Montessori) :
- des maths (peser les ingrédients, calculer combien de parts aura chacun à partir de ce qu'on a obtenu, calculer le prix de revient etc)
- de la géographie (d'où viennent nos bananes, où se situent les Philippines,  quelle est la capitale...)
- de l'économie (quels sont les pays producteurs de bananes, pourquoi les nôtres ne viennent pas d'Équateur...)
- de l'agronomie (comment voyagent les bananes et pourquoi, autrement dit comment mûrit la banane)....
C'est comme ça qu'Eugénie apprend dans son école Montessori. Tout est lié, on ne découpe pas le monde en notions abstraites.

Bref ! Revenons à notre papier au chocolat. Pour cet exercice de français, j'ai procédé comme toujours : je laisse l'enfant écrire, puis on corrige ensemble. Et à partir de son texte, on travaille les points qui demandent à être travaillés.
J'aime beaucoup cette méthode parce que l'enfant apprend à écrire l'orthographe de ses propres mots : on ne lui impose pas une liste de mots "officielle" et arbitrairement décidée par des adultes qui savent tout mieux que l'enfant. Pour ce qui est de la découverte de mots nouveaux et d'enrichissement du vocabulaire, les lectures variées y répondent toutes seules, sans "il faut" intempestifs qui freinent plus l'enfant qu'autre chose...

(photo : Takaya)
Après la coupe


Voici donc la recette rédigée par la cuisinière qui vient d'avoir 8 ans, après correction :

"Mon papier au chocolat :
Je prends des bananes et je les coupe puis je les mets dans le mixer et je mets du cacao (une poudre qui remplace parfaitement le chocolat) et je mixe jusqu'à obtenir une belle purée bien marron. Après je la mets dans le desidrateure."






Si avec ça vous ne réussissez pas votre papier en chocolat... 

En français, nous avons dû travailler les points suivants :
- le présent du verbe prendre
- le présent du verbe mettre
- l'orthographe des mots remplacer, parfaitement, jusqu'à, marron.
(J'ai laissé tomber le desidrateure, ça m'a paru moins urgent).
Pour cela, j'ai fait des affiches A4 avec une police bien grosse et bien lisible, que j'ai collées dans les toilettes ! J'ai déjà testé cette méthode et ça marche...

Enfin, en culture générale, il va falloir que je revienne sur la fabrication du chocolat... ;o)

Caroline

4 commentaires :

Le Barbu a dit…

j'ai un doute terrible sur l'orthographe du désidrateure...

Anonyme a dit…

Moi je garde l'orthographe du dési dra teure, c' est tellement plus joli !
Mamie

Caroline Despetiteschoses a dit…

Hey Barbu, ça n'est pas un doute que tu as, c'est un manque de fantaisie, demande à la mamie d'Eugénie ;o)

Natalia a dit…

Chouette cette recette, Caroline, et quelle bonne idée de partager ce dessert avec les collègues.