mercredi 22 mai 2013

No steak par Aymeric Caron (No milk today)

Je viens de terminer un livre qui m'a fait profondément réfléchir. Il s'agit de No Steak, d'Aymeric Caron.


L'auteur y explique pourquoi, bientôt, nous ne mangerons plus de viande. J'y reviendrai, mais aujourd'hui c'est un aspect bien particulier de l'exploitation animale dont je voudrais parler : le lait de vache.

Je l'ai déjà dit, nous ne consommons plus de lait de vache depuis 7 ans. Ce fut d'abord un choix motivé par les douleurs abdominales d'Eugénie bébé : allaitée, elle ne supportait pas les produits laitiers que je consommais. Puis ce choix a été confirmé par la diminution des allergies respiratoires de Takaya et la disparition de l'allergie aux piqûres de moustiques de Mathurin. Bref, un choix uniquement fondé sur la santé de ma famille.

Le temps passant, d'autres aspects sont venus se greffer sur mon rapport au lait de vache. Déjà convaincue qu'il n'est pas fait pour nous, humains, j'en suis arrivée en plus à le considérer sous un angle plus émotionnel. On me dira que l'argument n'a rien de scientifique, anyway c'est le mien et certainement celui d'autres mamans...
Car c'est justement parce que je suis une mère que la consommation de lait de vache, telle qu'elle existe de nos jours, m'est insupportable.

Aymeric Caron nous rappelle dans son livre le sort d'une vache laitière. Première évidence : pour avoir du lait, une vache doit avoir un petit. Comme nous.
Deuxième évidence : pour avoir un petit, la vache doit être fécondée. Comme nous. Sauf que pour la vache, c'est nettement moins charmant que pour nous : dans sa vie, elle ne rencontrera jamais le(s) père(s) de ses enfants. On l'insémine artificiellement dès qu'elle a un peu plus d'un an.
Mais c'est à la naissance du petit que l'histoire devient un vrai drame. Drame du moins pour nous, les mamans : dès que le veau naît, on le retire à sa mère. Et la vache ne supporte pas cette séparation, elle crie, elle pleure pendant des jours pour l'appeler, pour le retrouver. Elle pleure, oui. Comme moi j'aurais pleuré si on m'avait enlevé mes bébés à la naissance. Comme pleurent les jeunes accouchées qui doivent se séparer de leur bébé parce qu'il doit aller en couveuse, expérience traumatisante pas seulement pour l'angoisse relative à la santé du bébé, mais également pour la séparation mère-enfant.
À la maternité, je me souviens encore du vide en moi quand je devais laisser mon nouveau-né à la nurserie afin qu'il ait un examen de routine. Ce vide, cette angoisse irraisonnée pour moi qui savais que j'allais retrouver mon bébé dans les 10 minutes qui suivaient, la vache la ressent également. Et elle, elle ne retrouve jamais son bébé.

La suite de l'histoire est tout aussi illogique et inacceptable. Le veau, retiré à sa mère, est nourri avec des substituts à partir de poches en plastique distributrices, pendant que le lait de sa mère est récupéré pour nous, les humains.
Trois mois après la naissance du petit veau, on insémine à nouveau la vache, qui sera traite pendant sa grossesse, qui se verra à nouveau enlever son petit à la naissance, qui vivra encore et encore cette souffrance.

Une vache donne ainsi entre 4000 et 8000 litres de lait par an (le chiffre pouvant monter à 12000 litres pour certaines races). Autrefois, une vache traite à la main donnait en moyenne 2000 litres de lait par an...

Cette histoire (qui n'est pas terminée, je pourrais aussi vous parler des pis que l'on coupe à vif pour qu'ils entrent bien dans les trayeuses automatiques : j'ai allaité deux fois 3 ans, soit 6 ans de ma vie, et jamais je n'ai coupé le bout de mes seins pour qu'ils entrent dans la bouche de mes bébés) me remue profondément. Elle me colle une boule dans la gorge, elle me tord les tripes comme on dit. Le sort d'une vache laitière me donne envie de pleurer, parce qu'elle me renvoie à ma propre expérience de maman.

Pourquoi ne peut-on pas reconnaître la souffrance de cette vache lorsqu'on lui retire son veau à la naissance ? Parce que c'est de l'anthropomorphisme, disent certains : l'être humain est supérieur à l'animal (notamment la vache : c'est tellement stupide une vache, ça broute et ça rumine, ça ne sait rien faire d'autre), par conséquent l'être humain a le droit de transformer les vaches en machines à lait et à viande.
Et pourtant... comment justifier que la vache crie, pleure, appelle son bébé pendant plusieurs jours quand on le lui enlève ?

Je voudrais faire ici une citation d'Aymeric Caron :
Imaginons la (..) scène : une femme vient d'accoucher, elle est étendue sur un lit d'hôpital. Sur son sein, son enfant, ce petit être devenu le centre de son univers, qu'elle serre contre elle, caresse, et admire. Soudain, un commando fait irruption dans la chambre et lui arrache le nouveau-né, le faisant disparaître à tout jamais. Acte criminel. Barbare. La mère sombre dans la dépression ou la folie.
Imaginons maintenant que, pour cette femme, la scène se répète sans cesse. Que chaque fois qu'elle donne naissance à un nouveau bébé, celui-ci lui soit presque immédiatement confisqué. Non, justement, on ne peut pas l'imaginer. C'est pourtant bien ce que l'on fait subir aux vaches laitières que l'on engrosse à tour de bras jusqu'à ce qu'elles soient usées. Leur "vie" consiste à se faire ensemencer, à porter un veau qu'on leur enlève au bout d'un ou deux jours, et à subir ce traitement répété pendant cinq ans, jusqu'à ce qu'elles soient envoyées à l'abattoir pour finir "réformées" en steaks. 
Sans revenir sur l'aspect "santé" de la consommation humaine du lait de vache, je crois que j'accepterais moralement qu'on boive du lait et mange du fromage s'il s'agissait du surplus de la production naturelle de la vache, après qu'elle ait nourri son petit. Autrement dit, la consommation du lait produit dans la ferme des mes arrières-grands-parents à l'époque où ma grand-mère était enfant me semble tout-à-fait acceptable : le veau restait avec sa mère jusqu'à son sevrage, la traite lui laissait de quoi se nourrir, et le lait récupéré pour la consommation humaine n'entravait pas sa croissance.
Les vaches chez mon arrière-grand-père ne connaissaient pas la souffrance qu'on impose aux vaches d'aujourd'hui. Dans ce cas, oui, pourquoi pas boire du lait et fabriquer du fromage.
Alors peut-être qu'aujourd'hui l'élevage bio aurait un cahier des charges suffisamment strict pour que le bien-être de l'animal soit respecté ? Je n'en crois rien. Après des recherches sur le sujet, je n'ai rien trouvé de satisfaisant. Une marque bio qui se veut très axée sur les conditions de vie des vaches laitières ne répond pas aux questions des internautes dès qu'ils demandent si le veau est oui ou non retiré à sa mère après sa naissance... Eh, on a beau faire du bio, il faut produire.

En conclusion, consommer des produits laitiers, qu'ils soient bio ou conventionnels, revient à accepter la souffrance que l'on impose aux vaches. Des mères, des mamans, qui ont des bébés, qu'on leur enlève, et qui les pleurent. Comme je pleurerais si on m'enlevait mon enfant.

Caroline

Suite de ce billet : No steak, Réflexions #1

6 commentaires :

Anonyme a dit…

Bonjour,Caroline :)
Pour moi,c'est ce livre qui a tout déclenché: http://hypathie.blogspot.fr/search?q=faut-il+manger+les+animaux :(
A bientôt 50 ans, je suis aspirante vegan :) Mieux vaut tard ..... & je tente de faire des émules.
Votre blog est très intéressant & me fait découvrir plein de choses.
Anne

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour Anne, j'ai entendu parler du livre que vous mentionnez (d'ailleurs Aymeric Caron le cite). Avec tout ca, on ne peut plus dire "je ne savais pas", mais "je ne voulais pas savoir"...
Je ne sais pas si pour ma part je cherche a faire des emules. On m'a deja dit que dire ces choses, c'etait
- ne pas respecter le choix des autres
- les juger
- leur donner mauvaise conscience...
C'est aussi pour ca que j'ai ouvert un blog : me lit qui veut (comme moi quand je vais sur d'autres blogs, si ca ne me plait pas, je bouge ailleurs sans faire de commentaire desobligeant).
Nous ne sommes pas encore vegetariens. Notre fils nous pousse a l'etre, mes lectures egalement... Ca va se faire, mais avec toujours la meme question : je ne veux pas deranger les gens qui m'invitent... On y va tout doucement...
Et merci pour la derniere phrase encourageante !

Florence A. a dit…

J'ai lu le livre de Sfoer mentionné par Anne, l'an dernier. Un choc. Mais très US-centré.
Ton billet me donne un nouveau coup, Caroline. Nous mangeons à nouveau du fromage chez nous, et du beurre. Pas de lait liquide depuis des années, tu le sais. Fromages et beurre sont achetés sur le marché, à un fromager, lait cru, fermier, toujours.
Très très peu de fromages de vache, surtout des chèvres, que nous tolérons bien.
Mais je ne sais pas si les vaches (et les chèvres) fermières dont le lait cru est utilisé ne sont pas maltraitées pour autant.
Non, je vais être honnête avec moi-même : je suis quasi sûre qu'elles ne sont pas bien traitées, pour la plupart d'entre elles.
Tu m'obliges à aller plus loin dans mes choix alimentaires. Pas simple, mais je n'ai pas envie de faire l'autruche. (d'autant que de nos jours, on me mangerait en steack si j'étais une autruche) :)
Merci !
(et gloups, gloups, gloups. ca me désespère tant de douleur infligée à ces animaux pour notre bon plaisir...)

Caroline Despetiteschoses a dit…

J'admire ton honnetete, Flo, tres sincerement. Soulever ce genre de probleme derange, et bien des fois je me tais, pour ne pas deranger. On va dire que c'est par "respect"... Je respecte les choix de chacun, ok. D'ou ce blog, tu le sais parce c'est toi qui m'as poussee a l'ouvrir, pour dire ce que j'avais a dire, et laisser les gens me lire ou aller ailleurs. Ou bien juste lire, et laisser les mots faire leur chemin dans leur tete, les reformuler a leur maniere, et doucement, envisager quelques changements ? C'est ce qui se passe pour moi lorsque je lis une info qui me derange parce qu'elle titille ma conscience, et me remet en question... Je commence par dire "c'est pas pour moi, ca". Et puis j'accepte d'y repenser, parce que quand meme... si ca se trouve, ca ne serait pas si difficile de changer, de renoncer a un petit quelque chose ? Pourquoi ne pas essayer... et l'idee fait son chemin. Elle peut prendre quelques jours ou quelques annees, mais le changement se fait.
Et au final : je suis plus heureuse d'etre en paix avec ma conscience que la tete dans le sable (pour ne pas finir en steak, yes !).
Merci pour ton comm Flo.

Anonyme a dit…

Je viens de lire les 3 articles sur le livre de Caron. Vraiment très intéressant. Cela me conforte dans les choix. Je suis végétarienne et je limite au maximum ma consommation d'autres produits animaux (que dire du sort des poules et des poussins mâles pour produire des œufs, même bio?) Bravo pour ce cheminement et pour ce blog que je continuerai de suivre. Taia

Caroline Despetiteschoses a dit…

Merci Taia.
Les poussins mâles, c'est une horreur, j'ai vu le broyage une fois en vidéo... Et même pour les meilleurs œufs bio on doit sûrement en passer par là...
A très bientôt j'espère !