mercredi 25 septembre 2013

Faut-il conserver un minimum d'alimentation toxique pour ne pas être malade après un écart ?



Maintes fois je me suis posée la question. Maintes fois j'ai séché.
Mais aujourd'hui, je crois avoir trouvé la réponse.

Avoir une alimentation tendant vers l'hypotoxique (produits bio, pas de préparations industrielles, pas d'additifs, pas de sucre, pas de produits laitiers, baisse de la consommation de gluten) à la maison conduit bien souvent à ne plus "supporter" autre chose à l'extérieur.
Manger bio autant que possible, des aliments de qualité, nous rend sans doute moins tolérants à ce qu'on peut manger au restaurant ou chez des amis qui ont une alimentation conventionnelle.

Est-ce un bien, est-ce un mal ? Devenir à ce point sensible à l'alimentation de moindre qualité physiologique, est-ce finalement y gagner ?
Ma question récurrente jusqu'à récemment, en voyant Eugénie malade après une invitation à dîner chez une copine, ou Mathurin pris de réactions ORL après une pizza - pourtant excellente, faite à la main et cuite au feu de bois "dans le respect des traditions italiennes", mais utilisant de la farine bon marché bien blanche et pas bio du tout, ma question était donc :

Est-ce que je n'aurais pas intérêt à maintenir un minimum de toxiques dans notre alimentation pour que leurs organismes restent habitués, et ne réagissent plus aussi violemment s'ils sont en contact avec des aliments non physiologiques ?

Un peu comme une vaccination avec un rappel régulier, en quelque sorte.



Je ressassais ce genre d'arguments : je ne dois pas garder mes enfants dans une bulle, je dois les aider à s'adapter à ce vaste monde, ils ne vivront pas toujours sous mon toit...

Et finalement, non.

Non, ces arguments ne tiennent pas. Pas un seul. Parce qu'en dehors des produits animaux, pour lesquels prime la raison de conscience avant la raison de santé, eh bien j'ai compris qu'un écart n'est pas grave.
Un écart rend Eugénie malade, d'accord. Eh bien c'est normal ! Et ce n'est pas grave, c'est même (la pauvre, si elle m'entendait !) souhaitable !!!
Déshabituée de consommer des poisons, elle ne les supporte plus. Dois-je me dire "mince alors" ??? Non, au contraire, je dois en être plus que satisfaite.

Quand on est habitué à une alimentation qui apporte des toxiques à l'organisme, il est normal que se produise un phénomène d'accoutumance. L'organisme est tellement habitué à ces poisons qu'il ne manifeste aucune rébellion.
Quand on s'oriente vers une alimentation plus physiologique (c'est à dire en accord avec les fonctions normales de nos organes), on nettoie notre organisme, et on s'oriente vers la désacoutumance des toxiques. Du coup, si on ingère à nouveau un toxique, on le rejette brutalement. C'est ce qui se produit quand Eugénie a des diarrhées après un repas à l'extérieur composé de pâtes blanches et sauce tomate en boîte. Je lui explique alors que c'est normal, et très bien : au lieu de garder cette nourriture non physiologique, elle la rejette, et après elle se sent mieux. C'est mieux que de s'empoisonner à petit feu avec cette même nourriture, la "supporter" et au final... finir avec des maladies de dégénérescence dans quelques dizaines d'années.

Un organisme qui rejette un poison, c'est une preuve de vitalité. Un corps qui accepte ce poison, c'est au contraire très inquiétant. Et tout le monde devrait être malade après avoir mangé des aliments non physiologiques, or malheureusement, l'alimentation moderne a fait que les gens se sont tellement habitués, accoutumés à ces poisons, qu'ils les "acceptent", les conservent sans les rejeter.

Alors NON, je ne souhaite pas réintégrer volontairement ces toxiques dans l'alimentation de mes enfants pour les rendre plus "costauds" quand ils vont manger dehors.
Par contre, ce qu'il me faut leur faire comprendre maintenant, c'est que les réactions allergiques de Mathurin ou les diarrhées d'Eugénie après ces écarts sont en fait salutaires : eux, ils savent se débarrasser des poisons qu'ils ne peuvent éviter.

Et loin de les rendre plus "faibles" avec ce que je leur propose à la maison, je les rends plus forts. Leur corps, plein de vitalité, sait désormais faire le tri.

Acceptons donc les invitations, même si l'on est sûr de faire un repas qui ne nous conviendra pas, acceptons de voir nos enfants manger dehors, et acceptons d'être malade après. Et réjouissons-en nous : c'est la preuve que justement, nous sommes en pleine forme !

Caroline

PS : Forcément, il faut que ces écarts restent des écarts, et ne redeviennent pas une habitude !

7 commentaires :

Jeluga a dit…

Bonjour Caroline,
Ton post répond à mes questionnements: depuis que je me suis mise à tes recettes, mon conjoint et mon fils aîné vont à la selle beaucoup plus souvent, sont assez ballonnés et désolée du détail mais les gaz évacués sont bien plus odorants!!! Mais quelques parts, sentent meilleurs! bref...Ils doivent se déintoxiquer aussi....

Caroline Despetiteschoses a dit…

En fait je crois qu'ils sont en phase de détoxination. Leurs organismes se débarrassent de toutes les toxines accumulées depuis des années et... ben ça sort comme ça peut ! Et il FAUT que ça sorte, d'ailleurs, parce que libérer les toxines à l'intérieur du corps, c'est une chose, mais les évacuer, c'est une autre chose qui n'est pas souvent une conséquence de la première.
Nettoyer, c'est débusquer la poussière, et la virer. Pas seulement la soulever et la laisser voler dans l'air, tu vois ce que je veux dire ?
Pour aider à ce nettoyage : le green (l'herbe de blé en poudre) et/ou le psyllium. Et puis boire, boire, boire.
Ça va briller à l'intérieur !

maman a dit…

Je rajouterais à tout ça le bienfait des icepacks auxquels tu m'as convertie en plus de l'arrêt du gluten et des PLV !
Eux aussi font sortir les toxines.
Je voulais dire aussi à Jeluga que j'ai perdu 2k suite à l'arrêt début juillet du gluten et des PLV ; je ne pouvais sans doute pas en perdre plus ? et pourtant je mange 2 fois plus et des tas de choses que je ne mangeais jamais avant, du style bananes ou avocats ou légumineuses pcq ça "fait grossir " !

Jeluga a dit…

euh...icepacks et PLV? quésaco?le gluten c'est difficile de s'en passer, je n'ai pas encore trouvé de recette de pâte à pizza ou de pain qui soit assez aéré....j'ai quelque peu raté les "apple mini" , recette du site antigone xxi....je trouve déjà que le kombucha, ça fait de l'effet très très rapidement. Le problème, c'est que je ne peux pas en faire assez: il faudrait que je change de pot ou que j'attende d'avoir une 2ème souche. J'avais des soucis d'estomac qui gonflait aussi bien après avoir bu de l'eau que après avoir mangé, bref: examen normal, c'est fonctionnel....ou le stress, ça c'est la réponse fourre-tout, ben depuis le kombucha, terminé!! bon, si en plus on mincit, c'est la cerise sur le gâteau!! Pour ce soir, je cherche une recette avec des pois cassés...

Caroline Despetiteschoses a dit…

Alors, les "icepacks" comme dit ma maman, ce sont les poches de gel permettant de pratiquer la méthode des bains dérivatifs selon la méthode France Guillain. Plus d'infos à venir... plus tard... je suis en période d'essai et je suis déjà convaincue mais je veux expérimenter plus longtemps.
Les PLV, ce sont les protéines de lait de vache. Un peu restrictif en fait, parce que Maman a arrêté les produits laitiers de manière générale. On utilise cette spécification dans le cadre des allergies : on peut être allergique aux protéines de lait de vache (ex la caséine) sans être allergique aux glucides du lait de vache (le seul glucide du lait de vache : le lactose). Donc certaines personnes consomment du lait de vache dont on a enlevé le lactose, d'autres traquent la caséine... Bref, Maman se trompe quand elle dit qu'elle a arrêté les PLV : elle a arrêté les produits laitiers. De la précision, Maman ! ;o)
Sinon, je suis bien contente Jeluga que tes soucis de ventre se soient amélioré !!

Magtok a dit…

Très intéressant ce post!

Je comprends mieux pourquoi après avoir complètement arrêté le lactose, j'avais des brûlements à l'estomac et l'impression d'avoir avalé une brique si je reprenais un petit morceaux de gouda...

Merci pour tout le développement de ton raisonnement. Ce sont des questions que l'on se pose et il n'est pas toujours facile de trouver un raisonnement qui tient la route. Il y a des choses qu'on sent et qu'on voudrait s'expliquer. Tu les expliques très bien. Longue vie à ton blog!

Caroline Despetiteschoses a dit…

Merci Magtok pour tes encouragements !! Et bon chemin à toi, à ton rythme.