vendredi 12 avril 2013

La pollution électromagnétique, comment s'en protéger

Je me passerais difficilement d'internet, qui me permet de communiquer avec ma famille en France et mes amis de par le monde. Je me passerais également très difficilement de mon téléphone portable, que j'utilise pourtant très peu, mais qui me permet d'être joignable par l'école en cas de besoin, ou qui m'aide à mieux vivre ma petite névrose perso (quoi, vous ne saviez pas ? j'ai horreur d'être en retard, mon portable m'est indispensable pour m'excuser et alléger ma culpabilité...).
Et pourtant, j'en ai conscience, ces technologies sont très nocives pour ma santé.



Alors j'essaie de comprendre pourquoi et comment ça peut affecter nos organismes, et je cherche sinon des solutions parfaites du moins des manières de nous protéger, ma petite famille et moi.

Pourquoi la pollution électromagnétique est-elle dangereuse ?

Parce qu'elle est partout. On appelle cela "l'électrosmog".
Sans odeur, sans couleur, sans saveur, sans bruit, nous ne le percevons pas, mais il nous touche en permanence. Dehors, on le sait, ce sont les lignes à haute et moyenne tension, les antennes relais, les lignes de trains à grande vitesse... Dans la maison, ce sont les appareils ménagers, les ordinateurs, les téléphones sans fil, le wifi, les lampes, les émetteurs de la TNT, les convecteurs, les écrans cathodiques... Sans oublier les écoute-bébés !!!

Comment agit-elle sur notre organisme ?

Tout organisme vivant génère, par le simple fait d'être en vie, des ondes électromagnétiques. Ça surprend, dit comme ça, mais pourtant, songez aux examens médicaux comme les électroencéphalogrammes ou les électrocardiogrammes : ce ne sont rien d'autre que l'enregistrement des courants électriques générés par notre cerveau ou notre cœur. Nous produisons donc tous des champs électromagnétiques naturels.
Or l'électrosmog, que l'on se prend de plein fouet en permanence et sans s'en rendre compte, vient directement perturber nos propres ondes électromagnétiques. Cette perturbation, d'une puissance dont on n'a pas conscience, devient progressivement la source d'une dysharmonie organique, laquelle engendre maux et maladies. En effet, nos cellules, nos molécules d'ADN, nos tissus (tout ce qui nous compose) communiquent entre eux via les courants électromagnétiques naturels qu'ils émettent. Si ces courants sont perturbés, déviés, interférés, pollués, les messages seront eux mêmes perturbés, déviés, interférés, pollués. Les informations passent mal, sont déformées, les cellules sont oxydées et c'est l'émergence des troubles fonctionnels (céphalées, fatigue inexpliquée, sautes d'humeur, insomnie...), voire lésionnels (cancer etc...).

Attendez, le tableau n'est pas complet.

Les ondes électromagnétiques agissent également directement sur l'eau. Tout le monde sait comment fonctionne le four à micro-ondes. Les ondes sont absorbées par l'eau des aliments, les molécules de l'eau se mettent en mouvement, s'échauffent, la température de leur environnement (aliments) s'élève, et la nature de l'environnement se dégrade (on note au passage les méfaits de la cuisine au micro-ondes mais c'est pas le sujet !).

Dans notre corps, c'est exactement la même chose. Les ondes électromagnétiques modifient les liaisons moléculaires de l'eau que nous avons dans le corps, les perturbent, et entraînent un moins bon fonctionnement des cellules puis de l'organisme en général.
Si l'on sait que 70% du poids de notre corps est composé d'eau, on comprend l'importance de ces effets sur notre santé.

Quels sont les facteurs aggravants ?

Nous sommes tous plus ou moins sensibles à l'électrosmog. Cela dit, ceux qui le sont "moins" ne perdent malheureusement rien pour attendre, ce sont leurs enfants qui en feront les frais, car les gènes restent marqués par cette pollution (altérations non réparables de l'ADN, cf. le rapport Bioinitiative*, article 6).
On a remarqué que les plus sensibles sont les personnes qui ont été exposées aux métaux toxiques (via le port d'amalgames dentaires, les vaccinations, l'activité professionnelle par exemple), aux pesticides et autres biocides (tiens donc) ou aux polluants industriels. Ces personnes-là ont plus de risque de développer une hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, que l'on pourrait même appeler une allergie à l'électrosmog. Ce syndrome est désormais répertorié par l'OMS.

La protection contre la pollution électromagnétique passe par...

Une réorganisation matérielle :
- raccorder toutes les prises électriques à la terre
- remplacer le radio-réveil par un réveil à piles
- ne pas dormir à proximité du coffret électrique
- remplacer le wifi par une connection filaire

De nouvelles habitudes :
- ne pas laisser les appareils électriques en mode veille (la télé !)
- débrancher les appareils quand ils ne servent pas (le rice cooker, le robot ménager, la cafetière etc)
- utiliser le kit mains libres pour téléphoner avec le portable
- mettre la tablette en mode avion dès qu'on n'utilise plus internet
- à la maison, utiliser le téléphone fixe et non le sans-fil (le sans-fil fonctionne exactement comme le mobile, en émettant des ondes électromagnétiques vers sa base)

Le bon sens :
- sortir téléviseur, ordinateur et chaîne hifi de la chambre à coucher
- interdire l'accès au téléphone portable avant 10 ans, et le limiter fortement jusqu'à 15 ans
- éviter les appels dans les zones à faible réception (plus la réception est mauvaise, plus la puissance d'émission doit être forte, donc nocive)
- ne jamais téléphoner en voiture (enceinte métallique qui piège et fait ricocher les ondes, ce qui donne un véritable bombardement d'ondes démultipliées)
- ne jamais approcher un téléphone portable du ventre d'une femme enceinte
- ne jamais porter son téléphone portable au niveau du coeur ou des parties génitales
- s'éloigner pour utiliser le portable, ou s'éloigner d'une personne qui l'utilise
- ne pas poser l'ordinateur portable sur ses genoux (mais sur une table)

La piste alimentaire :
Eh oui, vous ne pensiez tout de même pas que je n'allais pas passer par cette case ?!
On en parle peu, il y a peu d'info et peu d'études. Cependant, un travail mené en 1999 par le Professeur Per-Arne Öckerman a apporté des conclusions fort intéréssantes. Les tests ont été faits sur 34 personnes souffrant d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, et il se trouve que la prise d'une forte dose d'antioxydants sous forme de compléments alimentaires (vitamines, minéraux, N-acétylcystéine, acide gammalinolénique, mélatonine) a amélioré leurs symptômes.
On peut donc en déduire que l'alimentation peut en partie nous fournir de quoi nous remettre des attaques de l'électrosmog. Je ne parlerais pas d'une protection, mais plutôt d'un traitement en continu : l'électrosmog, on l'a vu, induit une oxydation cellulaire ; il devient donc logique que les meilleurs alliés contre cette oxydation cellulaire seront les antioxydants.
Lesquels ?
- les épices non agressives (curcuma, cumin, paprika...)
- les aliments qui renferment de la vitamine C
- les aliments qui renferment des tanins (thé, cacao, raisin...)
- les aliments qui renferment de la vitamine E (graines de tournesol et huile de tournesol, germe de blé et huile de germe de blé)
- les aliments qui renferment des anthocyanes (pigments allant du rouge orangé au bleu pourpre) (fruits rouges)
- les graines germées, surtout d'alfalfa et de brocoli
- la poudre d'herbe de blé (j'y reviens toujours, c'est une panacée !)
- les aliments riches en oméga 3 (huiles de lin, chanvre, noix, colza, graines de chia...)

Et puis, on sait aussi que les toxiques se potentialisent entre eux. Ce qui signifie que si l'on additionne le toxique a et le toxique b, on n'obtiendra pas la simple somme des deux, (a+b), mais on aura un super-toxique (A+B) : a et b seront devenus encore plus toxiques que lorsque pris isolément.
La conséquence de cette loi a déjà été abordée plus haut via les métaux lourds : les personnes qui ont été exposées aux métaux toxiques (amalgames dentaires, vaccinations...) seront plus facilement sensibles aux ondes électromagnétiques (et quand je dis "sensibles", je ne veux pas dire "aptes à éprouver par les sens", mais bien "très facilement affectées par une agression extérieure", autrement dit : qui en feront les frais sur le plan de leur santé).
Et dans le même registre : plus on est exposé aux pesticides et autres biocides utilisés dans les cultures, ainsi qu'aux molécules chimiques utilisées dans l'industrie alimentaire, plus on sera sensible aux effets nocifs de l'électrosmog. Manger bio est donc plus que jamais une urgence.
Conclusion : la piste alimentaire pour survivre dans ces fours à micro-ondes géants que sont devenus nos sociétés modernes est une vraie piste à suivre.

Enfin, une dernière petite chose : les ondes électromagnétiques provoquent l'acidification de notre organisme. Lutter contre cette acidification me semble indispensable de nos jours.
Je vous invite à consulter le post l'équilibre acido-basique pour plus de détails.

J'ai conscience que dans notre lutte contre les ondes électromagnétiques, on ne peut pas TOUT mettre en place. Certains préfèreront changer tous leurs cables quand d'autres trouveront plus facile de changer certaines habitudes. Il y a ceux qui mettront leur téléphone sans fil à la poubelle et ceux qui miseront plutôt sur le débranchement quotidien des appareils quand ils ne servent pas.
Je pense pour ma part qu'il faut essayer un peu de tout. Et je suis plus que jamais convaincue que beaucoup peut se jouer dans notre assiette.

Caroline


* Le rapport Bioinitiative : un peu vieux (31-08-2007) mais fondamental sur le sujet. Il fait la synthèse de plus de 1500 études sur la pollution électromagnétique et ses effets sur l'organisme. Ce rapport a été validé par l'Agence Européenne de l'Environnement.

À consulter :
Etude du Pr. Per-Arne Ökerman ici
Des Maux et des Mots, Se protéger des ondes magnétiques ici
Magazine Pratiques de santé numéro 69 ici
Association Robin des Toits (association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil) ici


2 commentaires :

Anonyme a dit…

Bravo Caroline, merci pour l' info!

Caroline Despetiteschoses a dit…

De rien ! Il faut jouer un peu sur tous les plans je pense.